+ ALL CITY OF PARIS MUSEUMS

Discover all 14 City of Paris museums

» Fermer
Enlarge Volk Ding Zero - Folk Thing Zero 2009 Collection privée, Courtesy Thaddaeus Ropa

Baselitz sculpteur

/ 30 septembre 2011 - 29 janvier 2012 /

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris organise une exposition consacrée aux sculptures de Georg Baselitz (né en 1938).

Cette manifestation proposera une lecture rétrospective d’un des aspects de l’œuvre de cet artiste allemand, d’abord peintre et graveur, en présentant, la quasi-totalité d’une production peu montrée en France qui s’étend sur plus de trente ans. Désormais autonome par rapport à la peinture, la sculpture de Baselitz, qui occupe une place privilégiée au sein de son œuvre, a gagné en monumentalité.

Ohne Titel 1982 - 1984 Scottish National Gallery of Modern Art, Edimbourg Acquis avec l’aide d’Art Fund ( William Leng Bequest ) 1989 Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
Blauer Kopf 1.III.1984 Kunsthalle Bielefeld Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
G-Kopf 1987 Ludwig Museum- Museum of Contemporary Art, Budapest Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
Dresdner Frauen - Karla 1990 Collection Froehlich, Stuttgart Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
Männlicher Torso 1993 Staatliche Museen, Nationalgalerie Collection Marx, Berlin Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
Meine neue Mütze 2003 Essl Museum, Klosterneuburg/Vienne Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
Pace Piece 2003 Hall Collection Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
Volk Ding Zero - Folk Thing Zero 2009 Collection privée, Courtesy Thaddaeus Ropac, Paris - Salzbourg Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
Dunklung Nachtung Amung Ding 2009 Hall Collection Photo : Jochen Littkemann © Georg Baselitz
Image prédécente
Image prédécente

Une quarantaine de sculptures en bois peint exécutées entre 1979 et 2010 montreront le cheminement d’un artiste qui a contribué au renouvellement du langage de la sculpture d’aujourd’hui.

En contrepoint des sculptures, sept peintures de 2011 et plusieurs œuvres sur papier de Baselitz éclaireront l’extrême cohérence d’une œuvre, quel que soit le médium, dans son traitement de la figure et des sources, dans le défi aux règles habituelles de la perception. Ce grand ensemble de dessins mettra en évidence leur lien avec les  sculptures, qu’il s’agisse d’esquisses ou d’évocation de formes en trois dimensions (corps et têtes).

En raison de l’échelle de ces sculptures, Baselitz travaille le bois à la tronçonneuse et à la hache. Le caractère direct de cette technique lui permet d’exprimer un autre radicalisme par rapport à ses toiles. Alors que dans sa peinture, le renversement de la figure lui a donné « la liberté d’affronter réellement les problèmes picturaux », Georg Baselitz estime que la sculpture est le « chemin le plus court » pour traiter de questions fondamentales. Artiste érudit et grand collectionneur, il puise ses thèmes dans différents primitivismes (art tribal, populaire) qu’il enrichit de nombreuses références à la tradition occidentale (maniérisme italien, Edvard Munch, Picabia).

Le parcours de l’exposition

Le parcours chronologique s’organise autour de certaines œuvres clés. Les sculptures se répartissent en différentes séquences : les années 80 sont représentées par un ensemble de têtes et de figures debout. Puis sont regroupés des travaux liés aux souvenirs de l’après-guerre, comme une sélection représentative d’œuvres issues de la série des Dresdner Frauen, commencée en 1989. Plusieurs torses et sculptures anthropomorphes, ainsi que des pièces de bois recouvertes de tissu témoignent des recherches des années 90. Appartenant à la fin de cette décennie, des figures féminines surdimensionnées et inspirées de motifs populaires précédent la présentation des dernières sculptures, les autoportraits monumentaux.

Modell für eine Skulptur et premières sculptures

La première sculpture de Baselitz, Modell für eine Skulptur, 1979, figurant à la Biennale de Venise en 1980 a soulevé une vive controverse. En tant que « modèle » et « idée de sculpture », elle porte en elle les caractères des œuvres qui vont suivre : refus de toute élégance, traitement brut et agressif, lien avec une histoire personnelle ou collective, taille du bois à la hache et rehauts de peinture.

Parfois individualisées, les premières têtes réalisées par Baselitz ne sont pas des portraits mais véhiculent ses conceptions esthétiques. Elles conservent les nœuds du bois, les anfractuosités du matériau que l’artiste taillade et scarifie.

Les figures debout

Ces sculptures qui donnent l’impression d’avoir été « extraites du sol », évoquent aussi bien l’arbre que les totems de l’art tribal que Baselitz collectionne. Le lien très fort qu’il entretient avec la nature -et particulièrement avec l’arbre très présent dans sa peinture et ses gravures- trouve avec la sculpture un moyen d’expression plus direct. Nées d’un corps à corps avec le matériau, elles portent, dans l'épaisseur du bloc, les marques du travail de l'artiste.

Cependant, ces figures ne sont pas que des formes. Elles renvoient aussi à un univers primordial : le monde des esprits et des gnomes du pays saxon qui fait écho aux sculptures africaines et océaniennes.

Dresdner Frauen

Commencée en 1989 la série des Femmes de Dresde est un souvenir de la fin de la seconde guerre mondiale. Une dizaine de ces têtes monumentales, suffisamment individualisées pour évoquer les victimes de la destruction de leur ville en février 1945, forment un groupe plastiquement homogène, uni dans le hiératisme de leur posture par la véhémence de leurs entailles et la vivacité de leur chromatisme.

Peintures de 2011

Sept peintures réalisées par Baselitz au printemps 2011 ouvrent une nouvelle série. Leurs titres-tiroirs intraduisibles, où il est question de Sigmund Freud, du bonjour bavarois (« Grüß Gott », adressé « à Dieu »), de personnages –quartier-maître, facteur et contrôleur qui ont en principe peu à voir avec le fondateur de la psychanalyse–, renforcent l’énigme d’une peinture soucieuse de ne rien dévoiler sinon elle-même et de faire « voir sans comprendre ».

Figures monumentales

En automne 2003, Baselitz sculpte un autoportrait Meine neue Mütze (Ma nouvelle casquette), entamant une série de sculptures à la taille démesurée. Alors que dans ses œuvres précédentes, Baselitz pouvait user d’une ironie grinçante, il affuble ces figures debout de costumes qui les font ressembler à des jouets d’enfants. Dans ce groupe de sculptures, l’artiste joue du décalage entre cette perception première et le surdimensionnement, en y ajoutant des références autobiographiques.

Autoportraits

Les deux sculptures les plus récentes de Baselitz sont des autoportraits, représentés sans affectation, dans une attitude évoquant celle des Christs aux outrages de l’art populaire. Les personnages mélancoliques, à dominante bleue, portent néanmoins d’insolites attributs -une casquette blanche où s’inscrit ironiquement la marque «  Zero », des chaussures à talons hauts- et sont agressivement sexués.

Catalogue de l’exposition, Edition Paris Musées, 37 €

Avec le soutien du groupe  

/ See also /
Unedited History

Unedited History

/ May 16th - August 24th, 2014 /

More Buy your ticket
Lucio Fontana

Lucio Fontana

/ April 25th – August 24 th 2014 /

More Buy your ticket

/ Useful information

HORAIRES

Ouvert du mardi au dimanche jusqu'à 18h (fermeture des caisses à 17h15)
Nocturne le jeudi jusqu'à 22h (fermeture des caisses à 21h15)
Fermeture les lundis et les jours fériés

Tarifs
- Plein tarif : 9 €
- Tarif réduit : 7 €
- Demi-tarif : 4,50 €

Gratuit pour les moins de 14 ans

Communiqué de presse

Dossier de presse

Liste de visuels pour la presse

Baselitz sculpteur

Plus d'infos sur Paris-musees.com

broché - 192 pages
110 illustrations couleurs
dimensions : 210 x 270 mm
Prix de vente : 35€
Editions Paris Musées