Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Rencontre/discussion "Qu'est-ce que la peinture abstraite aujourd'hui ?" Évènement / Conférence thématique

Durée 1h00
Publics
Adultes
Adresse
Salle Matisse - Niveau 3
Heures
Le : Jeudi 16 janvier 2020 de 15h30 à 16h30

Rencontre discussion « Qu’est-ce que la peinture abstraite aujourd’hui ? »

Dans le cadre de l’exposition Hans Hartung, La fabrique du geste.

 

Présentée par Anaël Pigeat

Avec la participation des artistes, Jagna Ciuchta, Thomas Fougeirol, Nicolas Roggy, Gérard Traquandi.

 

 

L’œuvre de Hans Hartung fait aujourd’hui l’objet d’une redécouverte par le grand public, mais un certain nombre d’artistes en revanche ont une connaissance intime de ses recherches picturales, de la façon dont il fabriquait ses outils, ou encore de son rapport à la photographie. Jagna Ciuchta, Thomas Fougeirol, Nicolas Roggy et Gérard Traquandi évoqueront l’œuvre de Hartung et sa portée dans l’abstraction en peinture d’aujourd’hui.

Jagna Ciuchta vit et travaille à Paris. Diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Poznań en Pologne, elle a soutenu en 2019 la thèse au sein du programme doctoral SACRe à l'Université PSL et aux Beaux-arts de Paris, sous l'intitulée "Expositions : je dilaté, images liquides et plantes carnivores". Son travail a été exposé récemment à la Friche la Belle de Mai à Marseille, à la Galerie Edouard-Manet à Gennevilliers, au Centre d’art le Micro-onde, Vélizy (2019), au Cneai (2017), au Frac Champagne-Ardenne, à The James Gallery, CUNY, New York, à la Villa du Parc, Annemasse, à Occidental Temporary, Villejuif (2016), ou encore dans la forêt Krcsky près de Prague (2017). Elle a mené des résidences à La Fondazione Antonio Ratti, Côme, Italie (2011), à Residency Unlimited, New York (2013), à La Galerie, Centre d’art contemporain de Noisy-le-Sec (2015/2016) ou à Futura, Prague (2017).  Son travail se trouve dans des collections privées et publiques, notamment au FRAC Île-de-France, FNAC, Les Abattoirs (Toulouse).

Thomas Fougeirol vit et travaille entre New York et Paris, où il dirige l'espace d'exposition à but non lucratif, Dust, et le projet The INTOTO. Il est représenté par la galerie Praz-Delavallade à Paris et Los Angeles, Albertz Benda et Lyles and King à New York. Il a participé à l'exposition du 15e anniversaire de la Collection Margulies à Miami ainsi qu'à l'exposition From Pre-History to Post-Everything à la Sean Kelly Gallery à New York. Les œuvres de Thomas Fougeirol sont incluses dans de nombreuses collections telles que le Musée d’Art Moderne Paris, Centre National d’art et de culture Georges Pompidou, Paris ; Fondation Louis Vuitton pour l’art contemporain ; FNAC, Fond National d’Art Contemporain, Paris ; FRAC Haute Normandie, Sotteville-lès-Rouen ;  Berezdivin Collection, Porto Rico ; The Margulies Collection, Miami.

Nicolas Roggy vit et travaille à Paris. Dans son travail, la peinture est utilisée comme pour un mur de plâtre, en délimitant des lignes - qui portent souvent une forte dimension optique - et appliquée sur un support construit. Son travail fait ainsi appel à la peinture, le dessin, la sculpture et l’architecture.  La façon dont certains grands tableaux forment des angles qui sortent des murs, tel un paravent, ou semblent brisés sur leurs côtés, comme des fragments de fresques ou de bâtiments, donne l’impression qu’ils sont en quelques sortes hors du temps. Jouant  sur la dégradation ralentie de l’image et du support, son usure, les surfaces érodées permettent d’observer de très près, donnant parfois l’impression d’un paysage, d’une topographie terrienne et lunaire faite pour être examiner au plus proche. Son travail a fait l’objet d’expositions personnelles en galeries à Paris et New York et de groupe au FRAC Limousin (2017), à la Fondazione Maramotti (2016), au FRAC Pays de Loire (2016), à l’Astrup Fearnley Museet d’Oslo (2014). Il fait partie des collections FRAC Limousin et Pays de Loire, Société Générale (France), et Fondazione Maramotti (Italie).  Nicolas Roggy est représenté par la galerie Martos à New York, ainsi que la galerie Freedman Fitzpatrick à Paris et à Los Angeles.

Gérard Traquandi vit et travaille à Paris, Aix-en-Provence et Marseille. Diplômé des Beaux-arts de Marseille. Professeur invité à l’ENSBA à Paris en 2002/2003. Jusqu'en 1995, il a enseigné à l'École Supérieure des Beaux-Arts de Marseille, à l'École d'architecture de Marseille et à l'École d'art de Nîmes.
Il développe depuis les années 90 une œuvre puissante et singulière, qui n’a de cesse d’interroger les pratiques mêmes de la peinture, de la photographie et de la sculpture.
Des expositions personnelles lui ont été consacrées au Musée de Gajac (2017), à l’Abbaye de Silvacane (2017), au Musée des Beaux-Arts de Rennes (2015), à l’Abbaye de Montmajour (2013), au Château de Jau (2011), au Musée Cantini (2008), à la Maison Européenne de la Photographie (2005), au Rectangle à Lyon (2002). Ses œuvres sont présentes dans les collections du Centre Pompidou, Musée National d’Art Moderne de la Ville de Paris, du MAC/VAL (Vitry), du Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain (Nice), du CNAP, de la MEP et de plusieurs FRAC, ainsi que dans d’autres collections publiques et privées françaises et européennes. Gérard Traquandi est représenté en France par les galeries Laurent Godin et Catherine Issert.
Source : https://www.espacedelartconcret.fr/

Avec le soutien du Fonds de dotation Bredin Prat pour l’art contemporain