+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

événements / Rencontre avec Marcelin Pleynet

jeudi 17 février 2011 à 19h

A l'occasion de la parution de son livre Comme la poésie la peinture (Editions du Sandre / Editions Marciana, 2010), l'écrivain Marcelin Pleynet, s'entretient avec Alain Veinstein.
Cette conversation est précédée d'une lecture d'un extrait du livre de Marcelin Pleynet "Matisse, une seconde vie", par Florence D. Lambert et Lionel Dax et suivie de la signature du livre de Marcelin Pleynet à la librairie du musée.  

Comme la poésie la peinture
regroupe onze textes sur l'art parus en revue, principalement dans L'Infini, entre 1991 et 2007 : "Apollinaire illégitime", "Du sujet en art", "Art et littérature au XXème siècle", "Le musée et les modernes", "Cézanne", "Giacometti et la tradition", "Matisse, l'invitation au voyage", "Matisse, une seconde vie", "La religion de Rothko", "Cézanne à Venise", "Picasso... il y a cent ans". Ce volume est la suite logique des précédents recueils publiés par Marcelin Pleynet : L'Enseignement de la peinture (1971), Art et Littérature (1977), Les Etats-Unis de la peinture (1986), Les Modernes et la tradition (1990).

Qui parle ?
C'est la première question que doit produire tout discours sur l'art.
Qui parle ? Pourquoi ? Au nom de quoi ?
En ce qui me concerne, c'est d'abord et essentiellement mon expérience d'écrivain et de poète qui ordonne mon approche de l'œuvre d'art.

Présentation de l'auteur par lui-même
Né en décembre 1933 à Lyon. Pas de vie de famille. Mis en pension très jeune, il s'en échappe dès que possible. Voyage à travers la France. Divers métiers. Études fragmentaires et anarchiques. Voyage en Italie, en Hollande, en Angleterre. Publie son premier volume de poésie en 1962 : Provisoires amants des nègres, le titre choque les imbéciles. Le livre est accueilli par Giuseppe Ungaretti, Jean Paulhan, René Char, Louis Aragon et obtient, la même année, le prix Fénéon de littérature.
Marcelin Pleynet est nommé directeur gérant et secrétaire de rédaction de la revue Tel Quel au printemps 1963, poste qu'il occupe jusqu'en 1982. Il devient alors secrétaire de rédaction de la revue L'Infini dirigée par son ami Philippe Sollers et publiée aux éditions Gallimard. Invité comme visiting professor de littérature par l'université de Northwestern à Chicago, où il fait un cours sur Lautréamont, en 1966. Si l'essai qu'il publie sur Lautréamont, en 1967, a une incontestable influence sur l'évolution ultérieure de Tel Quel, son œuvre ne s'en établit pas moins très en marge de ses activités publiques (éditoriales), et plus généralement en marge des divers regroupements et familles poétiques de l'époque.
En 1971, il publie un ensemble d'essais sur l'art moderne, L'Enseignement de la peinture (vite traduit au Japon, en Espagne, en Italie et aux États-Unis), qui lui vaut une renommée de critique et d'historien d'art dont il ne parviendra jamais tout à fait à se défaire. C'est ainsi qu'à sa création, la chaire d'esthétique de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris lui sera confiée et qu'il ouvrira alors son cours (1987) par une suite de conférences sur la poétique d'Homère.
En compagnie de Roland Barthes, Julia Kristeva, Philippe Sollers et François Wahl, il participe au printemps 1974 à une des premières randonnées d'intellectuels français en Chine. Il en revient fatigué et plus que jamais convaincu que « la poésie qui discute les vérités est moins belle que celle qui ne les discute pas ».
En 1986, il raconte sa vie dans un roman, Prise d'otage, que la société parisienne, qui croit s'y reconnaître, prend pour un roman policier. CQFD.
La vie d'un écrivain n'est jamais riche que de malentendus : voir les six volumes de son Journal intime (aux éditions Hachette, Plon et Gallimard).
www.marcelinpleynet.fr 

Notice rédigée en 1988 et revue en 2003.
Dictionnaire des écrivains contemporains de langue française par eux-mêmes, sous la direction de Jérôme Garcin, Mille et une nuits, 2004 (1988 pour la première édition).

/ Informations pratiques

11 avenue du Président Wilson
75116 Paris
Standard : 01 53 67 40 00
Service culturel: 01 53 67 40 80

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h (fermeture des caisses à 17h15)
Nocturne, pour les expositions temporaires, le jeudi jusqu'à 22h (fermeture des caisses à 21h15).

Collections permanentes gratuites

Toutes les informations pratiques

Archives des événements passés