S’insérant volontairement dans un contexte spécifique – ici Paris et une de ses plus prestigieuses institutions, le Louvre-, les artistes proposent une œuvre d’art en soi, à voir dans sa globalité.

La Louvre - Paris est une visite rêvée et fantasmée de cette grande institution à travers plus de mille œuvres recomposées dans un vaste dispositif ludique, chaotique et prolifique. Les espaces sont ponctués d’une promenade qui évoque l’esthétique romantique des ruines, d’une pinacothèque, d’une galerie des « trésors de la Couronne », d’un mur de hiéroglyphes, d’une librairie, d’un vestiaire, de toilette, qui sont tous les éléments et services que l’on trouve dans un grand musée. Les paramètres de l’esthétique classique sont réinterprétés dans un surplus de désirs et de plaisirs : objets archéologiques en caramel et en fromage, colonnes antiques de papier toilette, Jocondes innombrables, portraits dans un paysage, nus… Tout contribue à rendre un hommage à un lieu universel, dont la mémoire hante les esprits et ne cesse d’inspirer les artistes.

Préconisant une esthétique de la récupération, imprégnée d’un humour ravageur, les Gelitin nous invitent à revoir nos critères de valeur : accepter de faire table rase pour redécouvrir le plaisir de l’art et de l’absolue liberté.

Repères biographiques

Depuis 1993, les Gelitin ont participé à de nombreuses foires et manifestations internationales, dont la dernière Biennale de Venise (2007) ;-le Printemps de septembre à Toulouse (2007) ; Biennale de Moscou (2005) ou Frieze Art Fair (2003) à Londres. Parmi les récentes installations ou performances figurent Bunter Abend (2007) à la Deitch Projects de New York, Lapin (2005-2025) installation permanente en plein air à Artesina, Piémont ou bien Otto volante (2004) à la Galleria Massimo De Carlo à Milan.