Son approche de la sculpture se caractérise par l’échelle de ses installations et la diversité des matériaux employés : minéraux, fleurs artificielles, chaînes dorées, squelettes, ossements, miroirs, métaux, plastiques, plexiglas, animaux empaillés, bijoux, cils naturels...
« Frankenstein de la sculpture », il a façonné une œuvre polymorphe où ses créatures renoncent à la différence entre l’homme, l’animal, le végétal et le minéral. Son personnage le plus représenté est le loup-garou, mi-humain, mi-animal, souvent démembré, décapité, dégageant une énergie apocalyptique. Ses installations sont souvent traitées comme des paysages labyrinthiques, à l’instar d’un système de digestion, et prennent possession de l’espace. Ses sculptures semblent sortir de l’architecture pour remplir parfois entièrement le lieu d’exposition. Tel un organisme biologique, sa pratique sculpturale est fondée sur un processus détaillé et complexe en constante évolution.

Adepte du cinéma de David Cronenberg et de la perversité raffinée de David Lynch, son œuvre marrie le grotesque, l’abject, à l’esthétique et au glamour. Au fil des décennies, il a créé un univers personnel axé sur l’énergie de la croissance et de la métamorphose pour créer une mythologie unique où l’esprit formaliste entre en collision avec une explosion onirique.