Pour Jan Dibbets, la photographie doit toujours être considérée comme un moyen et jamais simplement comme une fin. Son œuvre, partie prenante à ses débuts de l’art conceptuel, explore les limites de ce médium sans jamais se laisser enfermer dans une catégorie. Des Corrections de perspective aux Colorstudies, les multiples directions qu’a suivies son travail ont été régulièrement exposées au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris depuis 1980 et récemment en 2016 avec l’exposition « La boîte de Pandore : une autre photographie ».

Sa réflexion sur la perspective, à laquelle peu d’artistes s’intéressent dans les années 1960, étudie les distorsions et les paradoxes, suivant une tradition dont les origines remontent à la Renaissance. Cette problématique toute contemporaine rejoint ainsi les préoccupations mathématiques de nombreux maîtres du passé. Lorsque Dibbets réalise ses premières Colorstudies au milieu des années 1970, ces photographies prises à partir de capots de voitures surprennent un milieu artistique tourné vers le noir et blanc et font intégralement partie de la critique par Jan Dibbets de l’évolution de « l’art conceptuel ».

L'oeuvre Duo X (1976-2014) sera acquise grâce au dîner des Amis du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, cette acquisition sera accompagnée d'une donation de dix pièces représentatives de son parcours.

Ainsi, dans ce dernier ensemble, capter les variations de lumière et interroger la perspective apparaissent comme deux principes régissant son œuvre, cependant la variété des surfaces sur lesquelles l’artiste travaille rappelle la liberté que lui offre le médium photographique.

Retrouvez les oeuvres de Jan Dibbets actuellement exposées en salle 17 du musée.