Pour Anne-Marie Schneider, le dessin est une forme d'écriture quotidienne, un journal intime, aussi ses œuvres oscillent-elles entre rêve et réalité, réminiscences et fantasmes, à travers un répertoire iconographique riche de figures, d’animaux et d’objets dont les rôles, les statuts et les codes sont bouleversés. Jouant sur l'automatisme et les associations, elle construit, avec une grande économie de moyens, des formes concises, incisives qui dévoilent une sensibilité aiguë et vulnérable face à la violence, la sexualité ou la mort.

Anne-Marie Schneider
Née en 1962 à Chauny, Anne-Marie Schneider vit et travaille à Paris. Elle a participé à la Documenta X de Cassel en 1997. La même année, le Fonds Régional d’Art Contemporain Picardie à Amiens organisa sa première exposition personnelle en institution. Par la suite, son travail a fait l’objet d’expositions personnelles au Musée d’art Moderne de la Ville de Paris en 2003 et 2008. Ses œuvres ont notamment été montrées au Centre Pompidou – Musée national d’art Moderne dans les expositions Airs de Paris en 2007 et Elles en 2009- 2010. Le Museum Het Domein (Sittard, Pays-Bas) lui a consacré en 2009-2010 une exposition rétrospective : Jambes Longues. Elle a été nominée la même année au prix Marcel Duchamp. En 2013, le LaM (Lille Métropole Musée d'art Moderne, d'art Contemporain et d'art Brut) à Villeneuve-d’Ascq a présenté, dans son accrochage des collections, ses œuvres sur le thème de La Belle et la Bête. Enfin, un ensemble de dessins faisait partie de l’exposition consacrée à la donation Florence et Daniel Guerlain en 2014 au Cabinet d’art graphique du Centre Pompidou – Musée national d’art Moderne.