+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

STURTEVANT

The Razzle Dazzle of Thinking

/ 5 février 2010 - 25 Avril 2010 /

 

L'ARC consacre une exposition d’envergure à l’artiste américaine Sturtevant, qui vit et travaille à Paris. Pionnière dans les débats relatifs à la reprise, elle pose la question de l’originalité, de l’aura et du pouvoir de l’art.

 

Image prédécente
Image prédécente

The Razzle Dazzle of Thinking présente une sélection de pièces majeures dont l’inédite House of Horrors (2010), un train fantôme grandeur nature spécialement conçu pour cette première monographie à Paris, ainsi que Elastic Tango (2010), une pièce de théâtre vidéo en trois actes sur neuf moniteurs.

Précédant de quinze ans le mouvement des ‘appropriationnistes’ des années 1980, Sturtevant a d’emblée répliqué le travail d'autres artistes tels qu’Andy Warhol, Jasper Johns, Marcel Duchamp, Joseph Beuys, Frank Stella ou Felix Gonzalez-Torres, avant que leur travail ne soit reconnu sur la scène internationale. Cela témoigne d’une intuition visionnaire, de sa capacité à identifier de futures icônes.

Son but est de stimuler le discours critique, ainsi que Sturtevant l’explique : « L’intention était de développer des questions actuelles en esthétique, de sonder les concepts et les limites de l’originalité, de dévoiler l’infrastructure de la peinture et de la sculpture, et d’ouvrir de vastes espaces à la nouvelle pensée. » Maîtrisant parfaitement la sculpture, la peinture, la photographie et la vidéo, l’artiste produit une gamme complète d’œuvres définies comme « originales ».

The Razzle Dazzle of Thinking est divisée en deux sections : Wild to Wild et House of Horrors. La première présente notamment le dispositif Duchamp 1200 Coal Bags (1972), le rideau d’ampoules Gonzalez-Torres Untitled (America) (2004), les Beuys Fat Chairs (1993), ainsi que les toiles de Sturtevant Haring Untitled (1987) et Stella Union Pacific (1989).

Outre ces pièces « historiques », cette partie de l’exposition réserve une place importante à la pratique de la vidéo et du film de Sturtevant. La réflexion de l’artiste ne pouvait en effet faire l’impasse sur la révolution cybernétique et digitale pour en révéler les failles et les illusions.

L’exposition présente ainsi Duchamp Nu descendant un escalier (1967), mais aussi Dillinger Running Series 1 (2000) d’après le célèbre criminel américain, Vertical Monad (2007), ou encore Finite Infinite (2010), l’image d’un chien courant et à bout de souffle, projetée en boucle sur plusieurs mètres. Elastic Tango (2010), la dernière vidéo produite pour l’occasion, révèle la perte du contenu au profit du simulacre tout puissant.
Dans la deuxième section, le public est invité à monter dans le train fantôme House of Horrors. Sturtevant propose un travelling sur quelques portraits emblématiques parmi lesquels Frankenstein ou encore des figures inspirées notamment par Divine, l’icône du film Pink Flamingos de John Waters. Simulant l’idée d’une « installation-entertainment », la mise en scène conjugue l’anecdotique et la démythification pour déjouer les réflexes de la mémoire collective.

Comme l’indique le titre The Razzle Dazzle of Thinking, l’exposition est un dispositif conceptuel qui essaie de rendre la pensée visible. L’installation House of Horrors, relevant du pur divertissement, fonctionne en total contraste avec Wild to Wild.

Sturtevant a participé à de nombreuses expositions dans les plus grandes institutions internationales, notamment au Württembergischer Kunstverein de Stuttgart (1992), au Museum für Moderne Kunst de Francfort (2004), à la Whitney Biennal de New York (2006), au Consortium de Dijon (2008) ou à la Tate Modern de Londres (2009). Son travail a été présenté dans le Pavillon nordique de la dernière Biennale de Venise.

Publication
Une publication bilingue conçue par l’artiste et coéditée avec JRP Ringier est associée à The Razzle Dazzle of Thinking. Il s’agit d’une compilation d’écrits issus de ses conférences et d’une sélection de courts textes largement illustrés, ainsi qu’une anthologie de revues critiques sur son œuvre. Elle fait pendant à son catalogue raisonné déjà publié par les éditions Hatje Cantz en 2004 et constitue le premier ouvrage en français sur l’artiste.

Commissaire de l'exposition : Anne Dressen 

/ À voir aussi /
SONIA DELAUNAY

SONIA DELAUNAY

/ 17 octobre 2014 - 22 février 2015 /

En savoir plus
DAVID ALTMEJD

DAVID ALTMEJD

/ 10 octobre 2014 - 01 février 2015 /

En savoir plus
Agenda du service culturel

Elaine Sturtevant

Plus d'infos sur Paris-musees.com

Broché - 304 pages
100 illustrations couleurs
dimensions : 297 x 210 mm
Prix public: 39€
Éditeur : Paris Musées