Les trois artistes se sont pris au jeu de la recherche et de la découverte n’hésitant pas à présenter des œuvres inattendues, dont certaines sont présentées pour la première fois dans les salles du musée. Leurs regards croisés convergent souvent, établissent des connexions subtiles et elliptiques.

Ainsi Delphine Coindet a imaginé un dialogue confidentiel entre sa sculpture et une constellation d'oeuvres redéfinissant l'objet dans une synthèse des médiums et des disciplines, dans la recherche d'une expression poétique, humoristique et critique.
Ariane Michel a conçu un accrochage onirique, hypnotique à découvrir dans une atmosphère nocturne interrogeant le réel et l’artificiel, le visible et l’invisible. 
Enfin, le choix de Raphaël Zarka offre une articulation conceptuelle dérivée de ses réflexions sur les formes. Sa sélection de photographies, de sculptures et de films interroge l'espace, le mouvement et  le principe de duplication.  

Conversations particulières, ces « apartés » génèrent de nouveaux récits, incitant à des relectures et des réflexions multiples. La règle du jeu vient stimuler l’exercice habituel de l’accrochage.

Ce projet s’inscrit dans une série de cartes blanches données auparavant aux artistes (Jean-Luc Moulène, 2008, Claude Rutault, 2009).