Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Pia Fries parsen und module

En 2018, grâce à un don généreux, la série parsen und module * de l’artiste Pia Fries va entrer dans les collections du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. C’est autour de cette œuvre emblématique, créée en 1999 et constituée de trente tableaux de taille identique, que se construit l’exposition de la peintre suisse. En y associant une trentaine de peintures et de dessins récemment présentés au Museum Kurhaus Kleve, elle permet de découvrir les différentes facettes du travail de l’artiste.

Depuis quelques années, Pia Fries s’intéresse aux oeuvres du dessinateur, peintre et graveur néerlandais Hendrick Goltzius (1558-1617), qui fut l’un des premiers graveurs hollandais du début du Maniérisme du Nord. Elle se confronte en particulier à deux de ses cycles : celui des Quatre Disgraciés de la mythologie grecque illustrant la chute du ciel d’Icare, Tantale, Ixion et Phaéton, et celui des Porte-drapeaux, représentant des gardes portant une hampe à laquelle est attaché un drapeau. L’un comme l’autre de ces cycles se distingue par sa technique sophistiquée de gravure sur cuivre et l’« exubérance » de ses compositions. Pia Fries en sélectionne plusieurs fragments et les intègre librement dans son travail. Alternant empâtements et longues trainées, elle renforce le mouvement induit par la chute des corps ou par le vent qui balaie le drapé généreux du tissu des étendards. Les formes picturales sculptées et très colorées de Pia Fries s'entrelacent ainsi avec les fines lignes noires et blanches de Hendrick Goltzius.

 

Pia Fries, née en 1955 à Beromünster (près de Lucerne), vit et travaille à Düsseldorf et à Munich. Elle étudie dans un premier temps la sculpture à Lucerne puis devient l’élève de Gerhard Richter à la Kunstakademie de Düsseldorf en 1986. Depuis le milieu des années quatre-vingts, ses oeuvres deviennent de véritables tableaux-objets (Bildobjekte). L’application épaisse de la pâte évoque des crevasses et plissements géologiques et place ses tableaux à la frontière entre peinture et sculpture. L’utilisation de la couleur est directe, ses compositions complexes. Chaque toile est le fruit d’une recherche et d’une expérimentation où la couleur est au coeur de son travail, en tant que matière et matériau.

 

Commissaire : Julia Garimorth, assistée de Sylvie Moreau-Soteras

 

* Les titres des 30 tableaux de parsen und module commencent tous par la syllabe « par » (= même taille en latin) ou « pars» (= partie), dissimulant ainsi des jeux de mots.

 

Cette exposition a été réalisée en étroite collaboration avec le Museum Kurhaus Kleve, Clèves, Allemagne.

 

Elle a été rendue possible grâce au soutien de :

 

Remerciements particuliers à Michael Ringier ainsi qu’à Mai 36 Galerie, Zurich.

#expoPiaFries

  1. Expose Ta Banlieue @ExposeUrArt

    RT @MAM: #Derniersjours des expositions temporaires du @MAM : l’#expoFautrier & l’#expoPiaFries se terminent dimanche 20/05 ! 📷 Pierre Anto…

  2. Tram @Reseautram

    RT @MAM: #Derniersjours des expositions temporaires du @MAM : l’#expoFautrier & l’#expoPiaFries se terminent dimanche 20/05 ! 📷 Pierre Anto…

  3. MAM @MAM

    #Derniersjours des expositions temporaires du @MAM : l’#expoFautrier & l’#expoPiaFries se terminent dimanche 20/05… https://t.co/ovPY75o3hu