Hubert Duprat développe depuis une trentaine d’années une œuvre singulière dont l’importance commence à être pleinement comprise. Son travail est celui d’un sculpteur qui, à partir de la remise en cause radicale qu’ont représentée dans les années 1960 et 1970 le Minimal Art et l’art conceptuel, explore une voie personnelle qui renverse les catégories traditionnellement admises – notamment l’opposition art/artisanat.

La Phrygane – ou Trichoptère –, qu’Hubert Duprat désigne depuis les années 1980 comme « l’insecte artisan », cristallise pour partie sa démarche : profitant d’une particularité comportementale des larves de cet insecte, l’artiste en est venu à leur déléguer la création de certaines de ses œuvres. Les brindilles grâce auxquelles elles se construisent un fourreau tubulaire ont été remplacées par de fins morceaux d’or, des perles ou de petites pierres (turquoise ou opale) ; ainsi sont produites, sans l’intervention directe du sculpteur, des pièces à l’apparence énigmatique et précieuse, uniques et non reproductibles.

Avec Corail Costa Brava (1994-2016), polyèdre complexe fait de corail et de mie de pain, Hubert Duprat explore les possibilités sculpturales de l’assemblage de matériaux hétérogènes, contraignant l’arborescence originelle à épouser l’idée de l’artiste. Objet digne des cabinets de curiosité, sa forme s’adresse autant à l’œil qu’à l’esprit, comme une invitation aux « méditations métaphysiques ».

En 2018, une exposition lui sera consacrée dans les salles de l’ARC.