Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Peter von Poehl | Memories from Saint-Forget Évènement / Concert

© Estelle Hanania
Durée 0h45
Publics
Adultes
Enfants / Ados
Famille
Tarifs
Entrée libre dans la limite des places disponibles et sur présentation d'un Pass sanitaire valide.
Sans réservation
Adresse
Collections permanentes - Niveau 2
Heures
Le : Jeudi 23 septembre 2021 de 19h30 à 20h15

C’est au moment du premier confinement, alors retiré avec sa famille dans le village de Saint-Forget dans les Yvelines, que Peter von Poehl écrit son 5ème album : Memories From Saint-Forget.

Tout en renouvelant sa proposition musicale, ce nouvel album fait aussi figure de retour aux sources pour l’artiste. Celles d’un premier album bricolé, Going Where the Tea Trees Are, paru il y a déjà 15 ans. Celles d’un groupe de rock garage intégré à 15 ans, dans sa Suède natale, à défaut d’être bon au hockey sur glace ou au football. Celles des disques de Bob Dylan, achetés de façon compulsive lorsqu’il était adolescent.
Le temps, dénominateur commun de plusieurs titres, celui qui passe, au fil de nos âges écoulés, mais aussi celui du confinement printanier de 2020. Suspendu, étiré, éloigné de nous-mêmes, rappelant ce qui lui manque :

« I miss my friends / I miss my kinfolk / I miss the big smoke / I even miss myself », chante-t-il dans ‘Memories from Saint Forget’.

C’est sur plusieurs saisons que s’est étalée l’écriture des morceaux, entre l’automne 2018 et le printemps 2020. Pas d’intention de départ chez Peter, qui se laisse d’abord porter par les mélodies et les mots, mais une œuvre confectionnée petit à petit, avec délicatesse, jalonnée de références visuelles, de John Baldessari à Charlotte von Poehl – la sœur de Peter qui l’accompagne en images depuis plus de quinze ans.
Avec Memories from Saint-Forget, le plus parisien des musiciens suédois cultive son jardin, celui qui apparaît sur la pochette, dont la photographie est signée Estelle Hanania.
Un jardin où il fait bon s’allonger, permettre à son esprit de voguer ou regretter un nuage sombre avant de s’amuser de rien. Un jardin où la musique nous fait (re)vivre, par son insoutenable légèreté et sa foi en ce que nous sommes, malgré nos failles.

 

En mars 2018, le Musée d'Art Moderne de Paris avait accueilli Sympathetic Magic un concert dansé de Peter von Poehl avec les danseurs Héla Fattoumi et Eric Lamoureux.