Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Les EnvoûtésExposition des lauréats de la 2e édition du 1% Marché de l'art

L'exposition des cinq oeuvres lauréates du dispositif de soutien à la création artistique de la Ville de Paris et du Crédit Municipal de Paris aura lieu cette année au Musée d'Art Moderne de Paris du 2 au 31 octobre 2021. Elle sera inaugurée dans le cadre de Nuit Blanche 2021. Le commissariat sera assuré par Camille Morineau, commissaire d'exposition, conservatrice du patrimoine et directrice et co-fondatrice de AWARE (Archives of Women Artists, Research and Exhibitions).

Librement inspiré du roman éponyme de Witold Gombrowicz, cette exposition rassemble cinq artistes dont les œuvres avaient été choisies en 2020, lors de la seconde édition du dispositif « l % Marché de l'art» présidée par Fabrice Hergott, directeur du Musée d'Art Moderne de Paris (MAM).

Le roman Les Envoûtés écrit en 1939, édité en 1973 puis dans son intégralité en 1990, décrit les expériences de quelques personnages dans un étrange château de 170 pièces dont d'immenses trésors artistiques resteraient à inventorier. Devenu un livre culte à l'image de son auteur, cet objet étrange dans le domaine littéraire - entre roman fantastique, gothique et noir - reste irréductible à toute catégorie et impose un univers singulier.

Il en est de même de chacun.e.s des cinq artistes choisi.e.s pour la qualité de leur parcours et la pertinence de l'œuvre à produire : les œuvres présentées sont toutes les fragments d'un monde à la fois proche du nôtre et métaphorique, dont ils/elles réinventent les règles avant de nous y plonger. Dans un contexte post-Covid où chacun a fait l'expérience de la perméabilité du monde et de la fragilité des corps, ces cinq « envoûtés » prouvent la résistance de la pensée créatrice. Ils/elles nous invitent à perdre nos repères dans autant d'univers mentaux et visuels autonomes et de voyages dans l'espace et le temps, entre Orient et Occident, macrocosme et  microcosme.

Pour Carine Rolland, adjointe à la Maire de Paris en charge de la culture et de la ville du quart d'heure, « Les artistes lauréats sont représentatifs du dynamisme de la création contemporaine en région parisienne. Le Musée d'Art Moderne de Paris, qui propose des conditions d'exposition optimales, leur permettra d'offrir au public une rencontre au plus près des œuvres, dans une période où nous avons tant besoin de matérialité ».

 

 

LOUIDGI BELTRAME

 
Symbiotic  Consciousness  (Installation vidéo et  son multichannel) de  Louidgi Be/trame et  composition sonore  collaborative avec  Morten Norbye  Halvorsen

Symbiotic consciousness est « un film de science-fiction » qui explore la possibilité d'une conscience étendue aux « existants autres qu'humains » et la question ontologique de l'écart entre le phénomène et la chose. Louidgi Beltrame y superpose deux montages de films où archives et prises d'images coexistent, avec une composition sonore de l'artiste et compositeur norvégien Norbye Halvorsen.

Né en 1977, l'artiste développe son travail autour d'une documentation des modes d'organisation humaine dans l'histoire du vingtième siècle. Ses films, qui reposent sur l'enregistrement du réel et la constitution d'une archive, font appel à la fiction comme une manière possible d'envisager l'Histoire.

 

JEAN-CHARLES DE QUILLACQ

 
Jean-Charles de Quillacq ©Valentin_Merz
Jean-Charles de Quillacq - Ma systeme reproductive­©Aurelien_Mole

L'univers de Jean-Charles de Quillacq repose sur le « même » et la « substituabilité »: une personne peut prendre la place d'une autre sans entraîner de changement significatif dans le cours des choses. « Getting a Younger Sister, Thinking to Myself, insiste sur les 'liens familiaux' que je maintiens avec les objets que je fais ».

Jean-Charles de Quillacq, né en 1979, développe des ensembles de sculptures à la fois conceptuels et fétichistes, qui investissent l'économie du désir et des rapports marchands par le biais de la double productivité du corps au travail. Le MAM a acquis une oeuvre de l'artiste en 2020.

 

CLARISSE HAHN

 

La série Princes de la rue de Clarisse Hahn mélange des images d'archives - documentant les « rapports d'amour mêlés de haine qu'entretiennent l'Algérie et la France » depuis plus un siècle - et des portraits réalisés par l'artiste de vendeurs de cigarettes sous le point aérien de la station Barbès-Rochechouart.

Clarisse Hahn, artiste et réalisatrice née en 1973, questionne les codes liés à « l'être ensemble », non seulement en rendant compte des communautés dont elle décortique les rites, mais en bousculant le rapport regardé/regardant. Elle s'emploie à interroger le corps dans sa dimension intime et sociale et perturbe en direct ses représentations, en expérimentant les limites propres à chaque individu, tout en nouant des rapports affectifs avec les protagonistes. L'artiste a fait l'objet d'une exposition au MAM et fait partie des collections du Musée.

 

KUBRA KHADEMI

 
Kubra Khademi ©Julien Pebrel
Kubra Khademi, ln the realm

Kubra Khademi évoque dans les 75 dessins composant Pouvoir et destruction un  matriarcat utopique : celui de la mythologie afghane peuplée de déesses guerrières à la sexualité libérée. Les œuvres seront volontairement détruites par l'artiste au cours de performances.

Née en 1989 à Kaboul en Afghanistan, Kubra Khademi est une artiste performeuse et plasticienne. Suite à l'exécution de sa performance Armor en 2015, dans laquelle elle dénonce une société violemment patriarcale au centre de Kaboul, elle fuit son pays pour la France.

 

CYPRIEN RIALS

« Prendre un objet à première vue simple et découvrir l'aspect plus sombre et moins documenté de celui-ci » : tel est le propos de Drop Tank de Cyprien Rials, une histoire des réservoirs largables au Vietnam.

Louis-Cyprien Rials, né en 7981, vit entre Paris et Berlin, et voyage dans des pays ou des zones interdites au grand public. Son travail se concentre sur le lien entre paysage et conflits, par des photographies, des vidéos, des céramiques ou des sculptures.

 

Textes de Camille Morineau

 

Désignation des lauréats de la 3e edition

Près d'une centaine d'artistes ont postulé à la 3e édition du 7 % marché de l'art lancée en février dernier. Le jury, présidé par Camille Morineau se tiendra le 9 juillet 2027 et désignera entre 3 et 5 artistes lauréats. L'exposition se tiendra dans un lieu partenaire et démarrera au moment de Nuit Blanche de l'année suivante, assurant aux artistes une visibilité maximale.

 

Contacts presse

Crédit Municipal de Paris
Jeanne Mougel / jmougel@creditmunicipal.fr / 07 44 67 63 28
Agnès Colas des Francs/ acolasdesfrancs@creditmunicipal.fr / 07 44 67 65 24

Ville de Paris
Service de presse: presse@paris.fr / 07 42 76 49 67

Musée d'Art moderne de Paris
Maud Ohana / maud.ohana@paris.fr/01 53 67 40 57