Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Workshop avec Gaëlle Choisne Ateliers, Evènement

Durée 3h00
Publics
Adultes
Heures
Le : Lundi 26 février 2018 de 14h00 à 17h00
Mercredi 28 février 2018 de 14h00 à 17h00

© Pierre Antoine

 

Le projet Horse Day a permis à Mohamed Bourouissa d’observer la coexistence des communautés dans la société américaine, leur représentation et leurs liens. En repensant le projet pour un musée français, l’artiste convoque cette réflexion à la lumière de sa propre histoire et de la mémoire nationale.

S’intéressant à la notion de référent culturel, il invite des artistes avec lesquels il partage ce questionnement à mener des workshops qui prennent place dans un espace dédié de l’exposition.

Sur invitation de Mohamed Bourouissa, dans le cadre de l'exposition Urban Riders, Gaëlle Choisne invite un groupe d’hommes érythréens, afghans, syriens ou soudanais à rendre hommage à Hessie, une artiste cubaine féministe qui a résidé en France de 1962 à sa mort en octobre dernier, à travers une œuvre : les « bâtons pédagogiques ».

Hessie a exposé au Musée d’Art moderne en 1975 et n’y a laissé que peu de traces de son passage, perpétuant cette absence plus générale des artistes-femmes noires dans les institutions françaises.

 

Un mouvement, le Survival art, est né au travers de l’œuvre d’Hessie, une affirmation d’un art de la survivance. Cette résistance, cette survivance comme sujet, comme objet, comme geste, comme attitude, comme pensée, est au cœur de la démarche de Gaëlle Choisne.

Gaëlle Choisne propose des paysages sculpturaux au carrefour de la photographie et de la sculpture. Elle transforme, hybride, entretient la confusion entre photographie et sculpture pour questionner le statut de l’image.

 

Son workshop s’articule autour d’une peinture-sculpture murale in-situ, qu’elle a réalisé dans un geste intuitif et pictural. Cette surface deviendra le support qui accueillera les bâtons empruntés à Hessie. Gaëlle Choisne propose aux intervenants de s’approprier ce mur afin, d’eux aussi, laisser une trace au Musée.

« Dans un geste premier et universel auquel les bâtons pédagogiques font référence, je souhaite créer une œuvre collective. Art de survie, survivre grâce à l’art est aussi une manière de trouver une échappatoire vers l’imaginaire. » - Gaëlle Choisne.

 

Le groupe de participants est déjà constitué.

 

Mohamed Bourouissa invite également l'artiste plasticien Fayçal Baghriche et la rappeuse Casey à animer des workshops ouverts au public dans la limite des places disponibles.

Fayçal Baghriche: 22 mars.

Casey: 5 et 12 avril.