Simulant l’horreur d’un train fantôme de fête foraine, des allusions à Divine, l’actrice fétiche de John Waters ou à l’artiste Paul McCarthy se mêlent aux traditionnelles scènes de chauves-souris, squelettes et Frankenstein qui viennent rythmer le voyage du spectateur. The House of Horrors explore sans complexe les excès de notre ère contemporaine dominée par le spectacle, la violence et l’anti-intellectualisme. L’installation du train fantôme grandeur nature ne relève donc qu’en apparence du pur divertissement. Sturtevant accompagne les visiteurs dans une série d’expériences de la peur reliées les unes aux autres de manière ludique.

Le musée souhaite rendre hommage à Sturtevant pendant toute une année en présentant cette œuvre monumentale, tant par sa dimension critique que par sa taille d’environ 300m2. Grâce à la donation de l’artiste et de son marchand Thaddaeus Ropac, The House of Horrors, exposée dans un espace qui lui sera entièrement consacré, sera l'une des œuvres phares du musée d’Art moderne de la Ville de Paris.

Sturtevant a participé à de nombreuses expositions dans les plus grandes institutions internationales, notamment au Württembergischer Kunstverein de Stuttgart (1992), au Museum für Moderne Kunst de Francfort (2004), à la Whitney Biennal de New York (2006), au Consortium de Dijon (2008) ou à la Tate Modern de Londres (2009) et récemment au MOMA de New-York en 2014 et au MOCA de Los Angeles en 2015. Elle obtient le Lion d’Or de la Biennale de Venise en 2011, et en 2013, elle reçoit le Prix « Kurt Schwitters » avec The House of Horrors présentée pour l’occasion au Musée Sprengel à Hannovre, de septembre 2013 à février 2014.

Directeur : Fabrice Hergott
Commissaire : Anne Dressen