Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Georg Baselitz

En 2020, le Musée d’Art Moderne de Paris a reçu un don exceptionnel de six œuvres de Georg Baselitz témoignant ainsi des liens privilégiés que le musée entretient avec l’artiste depuis longtemps.

Né en 1938 à Deutschbaselitz en Saxe, l’artiste commence sa formation de peintre en RDA. Très critique à l’égard du régime politique, il se fait exclure de l’école des Beaux-Arts de Berlin-Est et passe en 1957 à Berlin-Ouest en pour
y poursuivre sa formation. Dans un contexte de fortes divisions idéologiques, son œuvre témoigne dès ses débuts d'un esprit de révolte. Baselitz décide en 1969 d’inverser ses images pour affirmer la primauté de la peinture pure sur le sujet, brouillant ainsi les pistes entre figuration et abstraction. Ce geste lui permet en effet de libérer la peinture à l’égard de l’objet à représenter.

Il se distingue ainsi de ce que l’on réduit trop facilement à de « la peinture allemande » - à savoir à de l’expressionisme.

Représentatif de la carrière de l’artiste depuis quarante ans, chaque tableau de la donation renvoie par son motif à une étape essentielle de son travail : l’arbre, qui fut le thème de sa première peinture retournée ; le « remix », une réactualisation de sa première peinture au succès scandaleux, La grande nuit foutue; plusieurs têtes, sujet préféré de l’artiste dès ses débuts et enfin, une oeuvre de la série consacrée à Sigmund Freud, présentée la première fois dans l’exposition Baselitz sculpteur, organisée au musée en 2011.

Les œuvres données sont Poirier (1976-1980), La tête d’Abgar (1984), Bruna (1992), Tête (1993), La grande pisse (Remix) (2007-2008) et M'sieur docteur ami/Freud de l'art (2011).

Ces six œuvres complètent les deux déjà présentes dans les collections du Musée, dont L'Autoportrait à la tache bleue (1996) acquise par les Amis du Musée après la grande rétrospective consacrée au peintre en 1997, et Ma mère, Madame Cézanne (1996) offerte par l'artiste en 2011.